Chronique Monsieur Ho de Max Férandon

Monsieur Ho est chinois, fonctionnaire modèle, discret, et souhaitant le rester. Tout se gâte lorsqu’il reçoit l’ordre hallucinant de recenser ses compatriotes. Il sillonne alors la Chine en train, et rencontre ce qui fait la richesse de cet immense pays : ses habitants et principalement les laissés pour compte du développement économique du pays. L’intrigue est alors le prétexte pour Max Férandon de dresser un portrait de la Chine, de cette Chine pittoresque qui a soif de progrès. Le choc des inégalités est encore plus grand quand, après le Shanghai en chantier de béton, Monsieur Ho traverse des étendues désertiques. Ici réside le propos du livre : une Chine moderne et internationale filant à grande vitesse, tel un TGV, sur le chemin de la mondialisation mais peuplée en majorité d’habitants ancrés dans les campagnes, aux us et coutumes ancestraux. Vive et souvent drôle, l’écriture devient régulièrement poétique face à des situations ubuesques. Un très beau premier roman.

Jean-Baptiste Hamelin Librairie Le Carnet à spirales (Charlieu)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@