Chronique Opus 77 de Alexis Ragougneau

Jean-Baptiste Hamelin Librairie Le Carnet à spirales (Charlieu)

De la première page, entêtante, à la dernière, qui tel un artiste salue son public, cet Opus 77 monte crescendo en intensité. Nous pénétrons l'intimité d'une famille de musiciens dominée par le père, Claessens, chef d’orchestre et tyran domestique. Son fils, David, choisit la fuite comme moyen de lutte. Là réside l’excellence de ce roman, dans ce jeu au corps à corps, l’instrument en arme dénonciatrice, dans ce combat inégal entre l’artiste et son dictateur, entre l’homme et son image. Comment devenir un artiste tout en restant un homme, en demeurant soi°? Ariane, la fille, pianiste soliste, femme superbe et impassible (semble-t-il), essaie de décrypter, note après note, souvenirs après souvenirs, la partition familiale pour comprendre comment chacun d'entre eux s'est construit. Auteur virtuose menant cette quête, Alexis Ragougneau échafaude son roman en mouvements successifs, donnant le « là », chef d’orchestre d’un chœur, du cœur des lecteurs.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@