Chronique Vivre et mentir à Téhéran de Ramita Navai

  • Ramita Navai
  • Traduit de l'anglais par Cécile Dutheil de La Rochère
  • Coll. «Coll. « La Cosmopolite »»
  • Stock
  • 18/02/2015
  • 360 p., 21.50 €
NULL

Vali-Asr est une avenue de Téhéran longue de dix-huit kilomètres. Au nord de celle-ci, les quartiers aisés, au sud, le cœur de la ville, où la pauvreté et la peur rythment le quotidien des habitants. Ainsi, pour vivre partiellement libres à Téhéran, les Iraniens n’ont d’autres possibilités que de mentir. Boire et manger pendant le jeûne, flirter, se droguer, se réunir entre opposants au pouvoir… vivre, tout simplement. Mentir est une obligation. Le mensonge, taqiya en persan, se révèle également nécessaire pour maintenir la paix. Ramita Navai, journaliste britannique pour le Times, d’origine iranienne, connaît bien la capitale. Avec un véritable talent de conteuse, elle nous entraîne le long de cette avenue. Les sens du lecteur se réveillent alors dans le brouhaha de la foule, dans les parfums plus ou moins agréables de la ville. Ramita Navai dresse le portrait de huit Téhéranais puisés dans ses rencontres. Émouvants, parfois sombres, ces héros ordinaires ont une soif de liberté et un désir de vivre extraordinaires. Un magnifique roman. Un coup de cœur !

Jean-Baptiste Hamelin Librairie Le Carnet à spirales (Charlieu)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@