Entretien Le Monde à l’endroit de Ron Rash

Dans la lignée de ses précédents textes, Ron Rash livre une œuvre profonde, très liée à son pays et son vécu, cette Amérique où les paysages, à couper le souffle, modèlent les habitants. Le Monde à l’endroit est un roman noir, à lire d’une traite.

Travis est américain. Il est né aux Appalaches et est le fils d’un producteur de tabac. Il a 17 ans, est ignorant sans être stupide, s’ennuie fermement, ne pense pas à l’avenir et encore moins au passé. Il erre dans la vie sans but. Son destin bascule le jour où il découvre une plantation illicite. Il se sert et revend le fruit de son petit larcin à Léonard, dealer local. Leurs vies vont, dès lors, se trouver intimement liées. Léonard, tel un père, livre peu à peu à Travis les clés pour s’éveiller à la vie. Il lui donne la force d’étudier et surtout l’envie de s’intéresser à ses racines. Bien sûr, c’est un roman noir, mais au sein duquel transparaît cet optimisme qui consiste à croire que l’éducation et la connaissance, entre autre historique, peuvent être de véritables facteurs de développement personnel, d’accomplissement de soi. Le questionnement des actes commis durant la guerre de Sécession, la difficulté de quitter sa région pour étudier ou travailler, la beauté de la nature, de ces parcs, de ces torrents et de ces ravins où tout se termine, font de ce roman initiatique une œuvre majeure de la littérature américaine contemporaine.

RETROUVEZ L'INTÉGRALITÉ DE CET ENTRETIEN EN PAGE 92 DU N° 155 DE VOTRE REVUE PAGE des libraires.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Hamelin, Librairie Le Carnet à spirales (Charlieu)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@