Chronique Nos richesses de Kaouther Adimi

Cette librairie s’appelle « Les Vraies Richesses », comme le livre de Giono, et c’est dans sa ville d’Alger qu’Edmond Charlot la crée, le 3 novembre 1936, dans une pièce de sept mètres sur quatre. De ce jour inaugural jusqu’à sa mort à Pézenas en 2004, il aura inventé une belle partie de la littérature du xxe siècle. Dans ce roman rêvé par Kaouther Adimi, dans l’histoire de ce lieu joué par Ryad et Abdallah, dans ce journal de Charlot qui ponctue comme autant de signes les années de joies et de doutes, l’auteure nous invite à côtoyer Albert Camus, Jules Roy, Antoine de Saint-Exupéry et tant d’autres qui furent ses premiers auteurs. Pour Edmond, cet homme au visage rond aux yeux cerclés d’écaille, rien n’était plus grand que les textes qu’il publiait avec furie et hardiesse, jusqu’à ce jour où on lui demande d’éditer Le Silence de la mer de Vercors, publié clandestinement aux Éditions de Minuit, l’année précédente. Lire Nos Richesses, c’est prendre un coup de poing littéraire et salutaire.

Jean-François Delapré Librairie Saint-Christophe (Lesneven)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@