Chronique Ballade d’un amour inachevé de Louis-Philippe Dalembert

Dans l’Italie des Abruzzes, Azaka l’extracommunautaire, comme on l’appelle ici, ne passe pas inaperçu. On le devine haïtien. Aussi, quand la terre tremble en avril 2009, c’est à un autre séisme qu’il pense, celui qu’il a subi enfant sur sa terre natale. Alors que sa femme est enceinte, qu’ils en sont à chipoter sur le nom que portera sa fille (forcément, ce sera une fille, selon les intuitions d’Azaka), arrive le 6 avril 2009 et ce nouveau séisme. Dans une langue d’une grande beauté, Louis-Philippe Dalembert compose un roman où la chronique italienne se mêle à la vie haïtienne par des allers-retours entre le tremblement de terre fondateur de sa nouvelle identité et le second, qui emportera avec lui toutes les attentes de sa nouvelle vie. Ballade d’un amour inachevé est un roman déchirant qui évoque autant la perte que le sentiment d’abandon. Mais ce qui est formidable aussi, c’est cet humour constant, comme un pied de nez à la fatalité, qui traverse le livre et exorcise les malheurs d’Azaka.

 

Jean-François DELAPRÉ (Saint-Christophe - 29260 Lesneven)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@