Chronique Nous les bêtes traquées de Caroline de Mulder

« - Marie, tu me suivras ? il m’avait demandé Max. » Marie va le suivre, Marie va s’accrocher aux pas de Max, à la voix de Max. Marie va courir et se cacher avec lui, sans rien demander, sans rien espérer d’autre que la présence de Max. Avocat réputé, Max doit témoigner devant la Cour Pénale Internationale, mais d’autres voudraient l’empêcher de parler. Alors Max se cache dans la maison de Lucinde, cette femme aimée partie à l’autre bout du monde. Ici, dans un huis clos étouffant, Marie raconte cette vie de bêtes traquées, quand l’acrobate debout sur son fil ténu, prêt à tomber, se remémore tous les instants. Au fil des pages, on apprend où a commencé la traque, comment ce qui est né ne peut plus s’interrompre, comment il faut aller au bout de l’histoire et raconter le massacre. Pour le pouvoir, ils sont terroristes, pour la liberté, ils sont martyrs. Marie n’arrêtera pas le train en marche. Elle sera là jusqu’au dernier moment, la mèche folle et le corps en déroute. Elle tentera une dernière fois de comprendre, tard, trop tard…

Jean-François Delapré Librairie Saint-Christophe (Lesneven)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@