Chronique Arvida de Samuel Archibald

Arvida est une ville, Arvida est un mensonge, Arvida est un rêve, Arvida se décompose, Arvida se vit au jour le jour, Arvida est un concentré d’histoires, celles qu’on envisage et celles qu’on croit, celles qui se magnifient avec les années comme on polit les bottes de cow-boys avec la graisse de bison. Arvida s’invente un peu plus chaque jour, Arvida est un ramassis de bois-sans-soif et de joueurs de hockey, un monde d’ouvriers de plein de nationalités, de filles revêches et de garçons faciles, de sorcières de village et d’amitiés de stades, de raconteurs d’histoires et de buveurs de faux prêches, d’amitiés viriles et de filles belles comme des jours sans nuit. Arvida est bourrée de pères qui racontent au fils et de fils qui racontent encore, Arvida, c’est des pages de la vie d’un monde qui s’éteint, de gens qui claquent des portes, c’est l’histoire de Jigai qu’est belle comme du Kawabata… Arvida est un cœur qui bat.

Jean-François Delapré Librairie Saint-Christophe (Lesneven)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@