Chronique On ne va pas se raconter d’histoires de David Thomas

David Thomas est de ces écrivains qui, pour en dire beaucoup sur tous nos petits (ou gros) travers préfère écrire court. Mais écrire court est un art difficile, car chaque mot résonne avec encore plus de force – et c’est ce que réussit parfaitement l’auteur. Dans ce savoureux On ne va pas se raconter d’histoires, il ne fait que ça, raconter l’humain dans toutes ses contradictions, rhabiller les rapports homme/femme une bonne fois pour toutes, s’interroger sur la probabilité que cet enfant, sur l’échographie, puisse devenir un Pol-Pot ou un Hitler. Dans ces chroniques douces-amères, l’auteur nous entraîne à la suite de ses héros ou héroïnes d’un jour. Ils ont presque tous en commun ce caillou dans la chaussure qui ne veut pas partir ou ce morceau de scotch sur le doigt du capitaine Haddock. C’est un petit livre de petits bouts de vies volés, de nuits où les cigarettes débordent des cendriers, où tous les chats ne sont pas gris, un petit livre comme un long accord de jazz.

Jean-François Delapré Librairie Saint-Christophe (Lesneven)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@