Chronique Femme nue devant sa glace de Jean Grégor

Cette femme nue devant sa glace, c’est Nathalie, petite pute qui louche sur le boulevard des Maréchaux. En mars 2004, Gérard Robence, flic de son état, la retrouve à moitié morte sur ledit boulevard. Tout cela aurait pu s’arrêter là, mais pas pour Gérard.

Dans le passé de Robence, il y a des jours noirs, ceux de sa fille qu’il n’a pas vu, pas su, pas pu empêcher de s’enfoncer dans le monde de la drogue. Va savoir. Alors la petite Nathalie, il s’y attache, il remonte dans son passé. Il fait son boulot d’enquêteur, même s’il n’est pas payé pour. C’est comme ça qu’il croise Ted Marchal, dessinateur, le dernier mec de Nathalie, et aussi Jean-Marc, qu’elle avait aimé comme une dingue, qu’elle attendait à Paris, mais qui ne vint jamais, sauf pour… Par petites touches impressionnistes, c’est tout un monde qui se révèle. C’est une histoire simple que raconte Jean Grégor, l’histoire d’une fille qui dérape pour une simple histoire de Camel fumée sur un trottoir. Et ce qui pourrait, de prime abord, passer pour un roman futile, conduit peu à peu vers la noirceur des âmes, vers ce moment où l’homme bascule dans la tragédie, sans grandiloquence, sans effets spéciaux. C’est un petit livre avec un très beau dessin de Loustal sur la couverture, qui nous dit un peu tout. C’est un très beau petit livre avec une musique intérieure qui griffe le cœur…

Jean-François Delapré Librairie Saint-Christophe (Lesneven)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@