Chronique Virtuoses de Max Genève

Quand Peter Waltman décolle pour New York, imagine-t-il à quel point destins et hasards peuvent parfois se liguer pour bousculer toutes vos certitudes ?

Peter Waltman est un cinéaste reconnu en Europe pour ses documentaires. Il part justement à New York où il doit rencontrer la violoniste Frederika Murray afin de réaliser un film sur celle qu’on appelle « La Murray », tant la magie de ses interprétations est, soit portée aux nues, soit vouée aux gémonies par un milieu musical intransigeant. Nous sommes à l’été 2001. Waltman apprend l’assassinat de son principal collaborateur avec lequel il a interviewé Massoud et Ben Laden. Alors qu’une idylle amoureuse réunit Peter et Frederika et qu’il met ses pas dans les siens au gré des concerts qu’elle donne aux États-Unis, l’enquête avance. Dans le tourbillon des rencontres et des événements qui s’enchaînent, Max Genève prend plaisir à nous perdre et à conduire Peter et Frederika au bord de l’abîme. C’est autant un périple dans l’Amérique qui voit s’effondrer les Tours Jumelles qu’un regard acéré sur la duplicité des sentiments. Ce que voit le cinéaste et ce que joue la violoniste, c’est la partition insatisfaite de la fin d’un monde auquel chacun participe à sa façon. Métaphore de nos propres vies, de nos espoirs comme de nos défaites, Virtuoses est un concentré contemporain des tragédies antiques.

Par Jean-François Delapré Librairie Saint-Christophe (Lesneven)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@