Chronique Première station avant l’abattoir de Romain Slocombe

Lire Romain Slocombe, c’est, à chacun de ses livres, faire une expérience nouvelle. Ici, l’auteur nous transporte dans les coulisses de la conférence de Gênes, en avril 1922. S’y retrouvent des diplomates de tous crins, des espions à la solde d’un peu tout le monde, des journalistes qui fourrent leur nez là où il vaudrait mieux pas, des secrétaires callipyges bilingues, trilingues… et plus si affinités. Bref, une tour de Babel qui doit régler les problèmes du monde de l’après Première Guerre mondiale. Au sein de ce maelström coloré, Ralph Exeter, correspondant du London Daily World, journal communiste anglais, va se retrouver embringué dans des aventures dont il est loin de maîtriser les tenants et aboutissants. Sorte de marionnette aux mains des Russes ou agent double au service des Britanniques, il va se coltiner la police italienne aux fesses, se retrouver dans le bureau de Mussolini, avant de parvenir à s’échapper vers la France, quand… C’est diaboliquement écrit et la fin nous réserve ce que l’on demande évidemment à tout bon roman d’espionnage : une chute imprévisible !

 

JEAN-FRANÇOIS DELAPRÉ, Librairie Saint-Christophe, Lesneven

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@