Chronique Mes bien chères sœurs de Chloé Delaume

  • Chloé Delaume
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Cyrielle Ayakatsikas
  • Coll. «Fiction & Cie»
  • Seuil
  • 07/03/2019
  • 120 p., 13.50 €

Depuis le mouvement #metoo, on parle d’une nouvelle vague du féminisme, la quatrième, selon Chloé Delaume. Dans ce court récit, l’auteure mêle l’intime à l’universel, comme Virginie Despentes avec King Kong Théorie (Le Livre de Poche). Chloé Delaume revient sur notre culture bien française qui prône le graveleux et la gaudriole (cf. l’émission le Cocoricoboy). Ainsi, dans une telle société, comment faire face à ce qu’elle appelle le « papatronat » ? Tout simplement en s’unissant. Cela paraît naïf mais nous, les filles, avons tendance à l’oublier lorsque nous perdons notre énergie à nous juger les unes les autres. Chloé Delaume rappelle ce lien puissant qui existe entre sœurs. Dans la dernière saison, Buffy réussit à vaincre le mal en convoquant toutes ses sœurs, les élues. C’est assez osé comme parallèle mais ça a le mérite de nous parler à toutes ! « Quel que soit le parcours des amies inconnues : c’est la sororité leur lien, l’état premier de leurs rapports. »

Marie-Laure Turoche Librairie Coiffard (Nantes)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@