Chronique Au bonheur des filles de Elizabeth Gilbert

Être une fille rebelle dans les années 1940 demande du courage et de la détermination. Vivian a 19 ans et s’ennuie déjà fermement. Après avoir été expulsée de son université, ses parents décident de l’envoyer chez sa tante Peg qui tient un théâtre à New York. Vivian s’épanouit immédiatement dans ce monde de strass et de paillettes. Célia, une sublime showgirl l’initie au monde de la nuit, de la fête et du sexe libre. Mais dans ce tourbillon, la jeune fille fait aussi l’expérience de l’humiliation et du rejet. Vivian nous raconte l’histoire de sa vie dans une longue lettre, alors qu’elle est âgée de 89 ans. À nouveau, l’auteure de Mange, Prie, Aime (Calmann-Lévy et Le Livre de Poche) dresse le portrait d’une femme qui refuse de s’enfermer dans une case. Elle démontre également la difficulté pour la gente féminine d’assumer et d’assouvir ses désirs. Glamour, sexy, drôle et romantique, le roman d’Elizabeth Gilbert est comme une scène vivante dont on ne voudrait jamais voir les rideaux se refermer.

Marie-Laure Turoche Librairie Coiffard (Nantes)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@