Chronique Fiançailles de Chloe Hooper

Dans une immense demeure victorienne, au milieu du bush australien, le récit d’un week-end qui tourne au cauchemar. Une tension palpable et un mystère qui s’épaissit. Fiançailles est loin du conte de fées annoncé par le titre.

Liese Campbell a quitté l’Angleterre pour fuir sa morne existence et ses dettes. Elle s’installe en Australie et s’associe à un oncle qui possède une agence immobilière. Un jour, elle fait visiter des appartements à un riche fermier, Alexander. Sans trop savoir pourquoi ni comment, elle entame une liaison avec lui tout en se faisant payer. Elle s’invente un passé de prostituée qui relève plus du fantasme que du mensonge. De plus, son besoin d’argent et son désir de séduire sont tels qu’elle ne s’embarrasse pas d’amour-propre. Mais Alexander ne semble pas considérer cette histoire comme un jeu. Liese ressent un malaise de plus en plus profond et décide de retourner en Angleterre afin de mettre un terme à cette sombre comédie. Alexander lui propose de venir passer un dernier week-end avec lui dans sa riche propriété, au milieu du bush. Malgré son appréhension, la somme qu’il lui propose achève de la convaincre. Mais Alexander se métamorphose, son attitude n’est plus la même. Lui si poli, si timide, devient autoritaire et possessif. Il se met en tête de « sauver » Liese de sa vie misérable. Et l’on se rend compte que le prince n’est pas si charmant et que cette magnifique demeure est loin de ressembler au plus beau des royaumes. Bien au contraire, elle paraît même hantée par d’autres femmes. Et ces lettres horribles et diffamantes, qui les a écrites ? Peu à peu, le doute envahit Liese, au point de ne plus très bien savoir qui elle est. Le lecteur lui-même en vient à se demander qui lui ment. Chloe Hooper distille un parfum de suspicion. L’atmosphère se fait pesante. Ce qui avait commencé comme une histoire d’amour légèrement érotique (comme un roman à la mode) se transforme en thriller psychologique. Élégant et sophistiqué (remarquez la jolie couverture), un brin inquiétant, Fiançailles est un bijou romanesque.

Marie-Laure Turoche Librairie L’Écriture (Vaucresson)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@