Chronique Vie prolongée d'Arthur Rimbaud de Thierry Beinstingel

Thierry Beinstingel a souvent évoqué Arthur Rimbaud dans ses livres précédents. Il se décide enfin à lui consacrer un roman entier. Plus qu’un hommage, une résurrection.

Selon les biographes, Arthur Rimbaud serait décédé en 1891, à Marseille. Faux ! Suite à une malheureuse confusion, on a pris le cadavre d’un miséreux pour le sien et c’est celui-ci qu’on a rendu à sa sœur Isabelle. En fait, le véritable Rimbaud n’est pas mort dans cet hôpital, il a fini par se remettre de sa maladie. Arthur a toujours aimé la solitude, les expériences et, surtout, la création, quelle qu’elle soit. Il a donc décidé de profiter de cette erreur pour s’inventer une nouvelle vie. Alors que les hommages se multiplient, que Paterne Berrichon publie ses poèmes de jeunesse, Arthur Rimbaud, devenu Nicolas, s’installe dans les Ardennes et dirige une carrière de marbre. Thierry Beinstingel peut de cette manière revenir sur une autre thématique chère à son cœur, celle du travail. Tout ce qui concerne la vie du poète est avéré ; tout ce qui concerne Nicolas n’est que fiction. L’auteur mêle personnages réels et fictifs, et imagine comment Rimbaud aurait réagi à cette « rimbaumania », mais aussi face à la mort de Verlaine. Malgré tout, Rimbaud reste cette figure inaccessible et fantasmée et c’est la force de Thierry Beinstingel de le rappeler. Ce roman nous le prouve : «les poètes ne meurent jamais ».

Marie-Laure Turoche Librairie Coiffard (Nantes)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@