Chronique L’Heure de l’ange de Karel Schoeman

  • Karel Schoeman
  • Traduit de l’afrikaans par Pierre-Marie Finkelstein
  • Coll. «NULL»
  • Phébus
  • 16/08/2018
  • 350 p., 24 €
NULL

L’Heure de l’ange ou comment avoir un coup de foudre pour un roman. Il était une fois un berger du XIXe siècle, nommé Daniel, qui aurait vu apparaître un ange. Afin de retranscrire cette vision, il va avoir recours à la poésie, devenant ainsi le premier poète afrikaner. Trois personnages vont tenter d’appréhender Daniel. Mais cette figure du poète fou semble leur échapper, tout comme leur propre vie. Ce livre est construit de manière anti-chronologique : on commence de nos jours, avec un producteur de documentaires de retour dans son village natal. On poursuit avec un instituteur, puis un pasteur pour finir avec le berger lui-même. Le roman se conclut avec le chœur des femmes. Raconter ce berger pousse ces différents personnages à la réflexion : ils vont s’interroger sur leurs choix, sur la manière dont ils ont mené leur propre vie. Chacun semble être ou avoir été prisonnier de ce village. C’est contemplatif, méditatif et lyrique. La langue est belle et l’Afrique du Sud nous aspire entièrement dans ses paysages et dans son Histoire.

Marie-Laure Turoche Librairie Coiffard (Nantes)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@