Chronique Le Bleu des abeilles de Laura Alcoba

En 1979, Laura Alcoba, dont le père est prisonnier politique, quitte l’Argentine pour rejoindre sa mère à Paris. C’est avec sa voix de petite fille qu’elle raconte ses premières impressions lors de son arrivée en France, comme cette déception qui la saisit lorsqu’elle se rend compte qu’elle ne vivra pas à Paris mais dans une ville de banlieue nommée Le Blanc-Mesnil. Chaque chapitre correspond à un souvenir marquant : ses premières amitiés, ses vacances au ski, la tapisserie horrible de l’appartement et cette photo que son père lui réclame sans qu’elle parvienne à choisir laquelle elle lui enverra. Laura Alcoba rend aussi un bel hommage à notre langue. D’abord en écrivant très bien, mais surtout en décrivant son amour pour le français, son plaisir à le parler et à le lire. Elle fait de la lecture des Fleurs bleues de Queneau un véritable défi et évoque également sa fascination pour le « e » muet. Le Bleu des abeilles est un magnifique témoignage sur l’exil et sur la vie des réfugiés en France dans les années 1980.

Marie-Laure Turoche Librairie Coiffard (Nantes)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@