Chronique Les Suprêmes de Edward Kelsey Moore

  • Edward Kelsey Moore
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Cloé Tralci, Emmanuelle Aronson et Philippe Aronson
  • Babel
  • 06/05/2015
  • 416 p., 9.70 €

Dans une petite ville de l’Indiana, trois femmes afro-américaines sont liées par une amitié indéfectible. Odette, la boulotte à forte tête ne laisse jamais sa langue dans sa poche. Elle a hérité du don familial, elle communique avec des fantômes. Ainsi, des anciens amis, sa mère et même Eleanore Roosevelt viennent régulièrement lui rendre visite, nous régalant de leurs savoureux commentaires. Odette a la chance d’être très heureuse en mariage. Ce qui n’est pas le cas de Clarice. Son mari la trompe régulièrement. Barbara Jean est une femme sublime. Elle est mariée à un homme plus âgé, riche et fou amoureux d’elle. Mais sa vie est une tragédie sans cesse renouvelée et c’est dans l’alcool qu’elle a trouvé refuge. On parle souvent de ces livres qui font du bien, les fameux « feel good books », ce livre en fait incontestablement partie. Si le deuil, la maladie et la peine sont présents, on retient surtout l’humour incisif d’Odette, l’émancipation de Clarice et la passion de Barbara Jean. Elles sont devenues mes meilleures copines.

Marie-Laure Turoche Librairie L’Écriture (Vaucresson)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@