Chronique L’Ange de l’histoire de Rabih Alameddine

L’ange de cette histoire est poète et s’appelle Jacob. Il se trouve dans la salle d’attente d’un hôpital psychiatrique. En effet, Jacob croit entendre des voix. Ces voix sont celles de Satan et de la Mort qui se livrent à des entretiens à propos de son âme. À travers ces discussions rocambolesques et ponctuées d’humour, le lecteur va découvrir qui est Jacob. Né d’une liaison entre le riche fils d’une famille libanaise et leur domestique yéménite, il sera élevé dans un bordel égyptien, puis passera son adolescence dans un pensionnat catholique au Liban. Devenu adulte, il rencontrera « Doc » à San Francisco, avec lequel il vivra jusqu’à ce qu’il meure du Sida. La tristesse va alors peser très lourdement sur Jacob. Rabih Alameddine, comme pour Les Vies de papier (Les Escales et 10/18), raconte une solitude profonde qui nous bouleverse. Les souvenirs, Satan, la Mort et les quatorze saints sont comme les pièces d’un puzzle que l’on assemble. Un portrait à la fois poétique, touchant et complètement décalé.

Marie-Laure Turoche Librairie Coiffard (Nantes)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@