Entretien Lucia Antonia, funambule de Daniel Morvan

Quand Lucia Antonia commence la rédaction de son carnet, elle a déjà quitté le cirque. Quand elle écrit, elle sait qu’elle va redonner une vie à Arthénice. De ces morceaux épars va naître un roman à nul autre pareil. Magique comme l’œil écarquillé de l’enfant devant le balancement du funambule.

C’est un livre fragile dont on tourne les pages avec toute la délicatesse qui sied aux œufs de Fabergé. C’est une œuvre sculptée dans les sables, sur les épands des paludiers, dans les humeurs des vagues, sur l’instabilité d’un fil d’araignée tissé entre deux oyats. C’est un livre sur l’absence, celle dont on ne se console pas, mais dont on se souvient avec brillance. C’est une histoire peinte en fragments, le tableau lumineux d’un peintre des orages sur la mer. C’est un livre qui ne se raconte pas, car une fois qu’on l’a lu, on a plus qu’une seule envie, le passer en cachette, sous le manteau, en disant : « Chut, lis-le, lis ça, après on en parlera, mais pas avant, j’ai envie que toi aussi tu prennes les pas d’Arthénice et de Lucia Antonia, que tu apprennes le fil, si ténu, si près de rompre qu’on ne respire pas en le lisant. » C’est un livre d’amour qui se balance entre le ciel et la terre.

 

Page — Qui est cette Lucia Antonia, funambule, qui donne son nom au titre de votre livre ?
Daniel Morvan — Lucia Antonia est une équilibriste qui, après la chute de sa partenaire Arthénice, a dû quitter le petit cirque fondé par son arrière-grand-père Alcibiade. Arthénice était le double lumineux ou la jumelle de Lucia Antonia. Arthénice est tombée. Lucia Antonia accepte de quitter le cirque pour alléger son fardeau. Mais cette mise à l’écart sera aussi le moment de rencontre avec des alliés essentiels : le monde, sa lumière, les humains et les oiseaux. La matière du livre est faite de ses carnets, un agenda où elle note sous forme de fragments ce qu’elle doit penser à faire fabriquer : des chaussons d’équilibriste, un justaucorps. Mais dans ces listes de choses à faire, se glissent sans bruit d’éblouissantes révélations. Ce livre raconte l’histoire de la découverte des beautés du monde et de la mémoire par une jeune fille qui a perdu sa meilleure amie. […]

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE CET ENTRETIEN EN PAGE 72 DU N° 161 DE VOTRE REVUE PAGE DES LIBRAIRES

Jean-François Delapré Librairie Saint-Christophe (Lesneven)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@