Chronique Les Amandes amères de Laurence Cossé

Isabelle Couriol Librairie de Paris (Saint-Étienne)

L’auteure s’empare d’un problème qui ne peut laisser quiconque indifférent : l’illettrisme, et plus particulièrement l’analphabétisme. Dès les premières pages, l’un des personnages définit la distinction qu’il convient d’établir entre les deux notions : « L’illettré est français de souche et l’analphabète immigré ». C’est en tout cas ce à quoi est confrontée Fadila, Marocaine immigrée de 65 ans, femme de ménage chez Edith et Gilles. Edith découvre son secret en même temps qu’elle prend conscience des conséquences qu’il peut avoir sur son quotidien, comme les problèmes de changement dans les transports en commun, les achats forcément limités à ce que l’on connaît, le fait, aussi, d’être une proie facile pour les escroqueries. Les Amandes amères décrit avec justesse les petites victoires, les grands découragements, les avancées timides qui ponctuent le difficile apprentissage de la lecture. Laurence Cossé décortique les mécanismes souvent mystérieux de la lecture tout en composant un roman émouvant.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@