Chronique Le Grand Art des petites escroqueries de Sophie Endelys

Isabelle Aurousseau-Couriol Librairie de Paris (Saint-Étienne)

Pendant l’été 1989, Clémence est en vacances avec sa mère Julia mais cette dernière meurt dans un accident de voiture. Du moins, c’est ce qu’on lui a raconté car elle reçoit vingt ans plus tard une liasse de dessins exécutés par Julia qui, pendant dix ans, a survécu dans un asile pour handicapés tenu par des religieuses. Qui savait ? Le père de Clémence, séparé de sa femme et qui en a profité pour convoler en secondes noces°? Ou bien ce grand-père qui l’a élevée dans cette curieuse entreprise spécialisée dans les lunettes. Une solution, elle doit retrouver le propriétaire de la maison de vacances. Pas de chance, Maxence St Just vient de mourir. Une deuxième possibilité°: Marius, l’éditeur de Julia – car elle était écrivain –attendait impatiemment le manuscrit de son prochain livre, Le Grand Art des petites Escroqueries. Vingt ans de silence. Que cache cette Fondation St Just. Qu’avait découvert Julia ? Peut-être une grosse escroquerie ?

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@