Chronique Éparses de Georges Didi-Huberman

NULL

Georges Didi-Huberman apprend que, dans les archives d’Emanuel Ringelblum, il existe un certain nombre de photographies jamais publiées. Il part trois jours pour un voyage dans l’histoire du ghetto de Varsovie. Ringelblum était historien. Dès 1939, aidé par un certain nombre de volontaires, il compile des renseignements les plus divers autour du ghetto, du papier de bonbon à la lettre jetée d’un wagon en partance pour un lieu inconnu, d’observations, de critiques de ce microcosme. Société, économie, religion, pauvreté, faim, vie et mort… tout est abordé et entassé dans de grandes malles métalliques. Enterrées en 1943 au moment de l’insurrection du ghetto, elles nous permettent aujourd’hui de connaître la vie et l’évolution de celui-ci jusqu’à sa destruction. L’auteur nous entraîne à la découverte de ces documents, aussi minimes soient-ils, de son émotion face à eux, qu’il ne peut s’empêcher à son tour d’exprimer par quelques photos « éparses ».

Isabelle Aurousseau-Couriol Librairie de Paris (Saint-Étienne)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@