Chronique La France d’antan de Sarah Finger

NULL

Isabelle Couriol Librairie de Paris (Saint-Étienne)

Il existe de multiples façons de raconter l’Histoire, les écrits sérieux, le témoignage, la presse… Les éditions Hervé Chopin ont choisi d’exploiter les fonds de collections privées de cartes postales.

Depuis quelques années, les éditions Hervé Chopin se sont penchées sur les collections cartophiles. Elles ont réalisé de nombreux ouvrages sur les différentes régions et villes de France, montrant à travers les images d’hier la construction, la transformation de ces endroits. Ces cartes postales, liens privilégiés avec nos prédécesseurs, sont souvent porteuses de nouvelles très anodines : une prochaine visite, une invitation, une naissance… et nous avons tous trouvé un jour ou l’autre dans un grenier l’un de ces courriers qui nous ont le plus souvent fait sourire. Avec cette France d’antan, Sarah Finger a voulu raconter la vie quotidienne de notre pays au tout début du xxe siècle, avec ses généralités mais aussi ses spécificités régionales. Le thème le plus important reste celui du travail. Le monde rural est un monde d’hommes et de femmes. Quelques mules ou bœufs pointent leur museau dans les champs, mais labourage et pâturage ne sont plus désormais les deux mamelles de la France… À cela s’ajoute le monde maritime, la pêche mais aussi les conserveries de sardines. Le commerce évolue : grands magasins en ville, surtout à Paris, et échanges encore itinérants à la campagne. Enfin, le monde industriel attire ruraux et étrangers vers les mines, ainsi que vers les grandes entreprises, telles Michelin à Clermont-Ferrand, Manufrance à Saint-Étienne, qui inondera le pays et les colonies de son catalogue de vente par correspondance. La vie quotidienne des Français de cette époque est peuplée de nombreux petits métiers aujourd’hui disparus : crieurs, sonneurs de cloches, lavandières… Les transports voient le jour, les toutes premières voitures, le tramway et le train. Les loisirs se partagent en fêtes régionales, carnavals, rencontres sportives, corridas ou joutes. La vie religieuse n’est pas négligée, messes, cérémonies et pèlerinages rythment l’année. À Paris se développent les cabarets, les expositions universelles font vibrer la capitale, 51 millions de visiteurs en 1900 et, après avoir construit la tour Eiffel en 1889, on édifie la même année les Grand et Petit Palais. Enfin, avec le train principalement, c’est la naissance du tourisme. Tout d’abord le thermalisme permet à de petites communes de sortir de l’indifférence – Vichy, Contrexéville, Vittel… –, mais ce sont aussi les premiers bains de mer, les premières descentes à ski. À ce gros volume, il faut rattacher la collection « 100 % vintage ». Du format d’une carte postale, les mêmes thèmes sont traités et vous pourrez découvrir avec leurs particularités l’Auvergne, le Nord-Pas-de-Calais, la Bourgogne, Toulouse ou Marseille…

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@