Chronique Où passe l'aiguille de Véronique Mougin

Isabelle Couriol Librairie de Paris (Saint-Étienne)

Dans ce roman, Véronique Mougin emprunte la destinée d’un de ses cousins pour nous raconter une aventure et un parcours incroyables.

« Où passe l’aiguille, passe le fil. » Son père, Herman Kiss, n’arrête pas de le seriner à l’apprenti, à sa famille. C’est vrai qu’ils sont tailleurs de père en fils dans le quartier juif de cette bourgade de Hongrie. Mais en 1944, à Beregszasz, la vie n’est pas très simple. Certains voisins disparaissent depuis quelque temps et Tomas Kiss a du mal à respecter les consignes. Surtout il ne veut pas être tailleur comme son père. De toute façon, les Allemands leur ont prévu un « déménagement » et la famille se dirige vers Auschwitz. Séparés d’une partie de la famille, Tomas et son père sont expédiés à Dora, un camp où les travaux sont pénibles et dangereux. Herman rejoint une équipe de tailleurs et Tomas comprend qu’il ne sauvera sa peau que grâce à la couture. Il n’y connaît rien mais va l’apprendre pour sauver sa vie. À leur libération, Tomas veut revenir dans leur village, il espère retrouver sa mère et son jeune frère Gaby. Mais la maison est vide et le pouvoir soviétique en place n’est pas plus accueillant que le précédent. C’est le départ pour la France. Là, Tomas montera les échelons, apprendra à coudre et se perfectionnera pour atteindre les plus hauts niveaux de la haute couture. Un destin prodigieux.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@