Chronique Varg Veum, t. 12 de Gunnar Staalesen

  • Gunnar Staalesen
  • Traduit du norvégien par Alexis Fouillet
  • Coll. «Coll. « Polar »»
  • Gaïa
  • 03/09/2014
  • 363 p., 22 €

Marc Rauscher Librairie Majuscule Birmann (Thonon-les-Bains)

Dans ce douzième rendez-vous avec le privé norvégien, l’auteur apporte un éclairage sur le passé de son héros. C’est l’occasion de constater que ses facultés à se fourrer dans des situations délicates ne datent pas d’hier.

Alors que les affaires tournent au ralenti pour Varg Veum, un coup de fil de l’une de ses anciennes collègues lui apprend qu’il figure sur la liste des personnes que Jan Egil Holsen projette d’abattre. Le privé de Bergen se souvient qu’il a déjà croisé par trois fois le chemin de celui qu’il surnommait Janegutt. La première fois lorsque Veum officiait à la Protection de l’Enfance et qu’il a dû ôter Janegutt nourrisson à des parents incapables de s’en occuper, puis lorsqu’il avait 6 ans et que son père adoptif a trouvé la mort dans des circonstances troubles. C’est après cette deuxième rencontre, alors que sa foi en sa profession s’effiloche, que Veum décide de devenir détective privé. Dix ans plus tard, c’est ce même Janegutt, en fuite alors que sa famille d’accueil a été assassinée, qui fait appel à Veum pour prouver son innocence. Malgré tous les efforts du privé, celui-ci sera condamné à purger une peine de prison. Il en conservera une tenace rancœur à l’encontre de Veum. Dans une atmosphère crépusculaire, Gunnar Staalesen promène ses personnages d’un bout à l’autre d’une Norvège où le passé, même lointain, ne laisse personne en paix.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@