Chronique Comme au cinéma de Hannelore Cayre

Par Marc Rauscher Librairie Majuscule Birmann (Thonon-les-Bains)

Pénaliste, romancière et scénariste, Hannelore Cayre fait se télescoper deux univers étonnamment proches dans un roman à l’ironie mordante, qui dénonce les dysfonctionnements du système pénal.

Le procès d’Abdelkader Fournier ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices, c’est le moins que l’on puisse dire. Bien que très sympathique, le jeune homme n’en est pas moins un braqueur multirécidiviste qui dévalise les banques de la Haute-Marne avec une arme en plastique. Le fait que son cas soit instruit par le juge Anquetin, connu pour sa sévérité et sa propension à manipuler les jurés, lui promet un avenir bien sombre. L’intransigeant magistrat ne réclame rien moins que la perpétuité, et son avocat, maître Bloyé, n’aspire qu’à raccrocher sa robe d’hermine pour s’éloigner d’une justice à laquelle il ne croit plus. Étienne Marsant, lui, est une star qui, malheureusement, ne tourne plus depuis son infarctus. Il est présent dans la région pour présider un festival de cinéma de seconde zone. Rencontrant Bloyé dans la seule auberge acceptable de la localité où se déroule le procès, il accepte de se substituer à lui pour endosser le seul rôle qui manque à sa carrière d’acteur, celui d’avocat de la défense. Dès lors, la farce peut se mettre en place et le cirque médiatique déclenché par les facéties du cynique Marsant pourrait, contre toute attente, se révéler favorable au jeune accusé.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@