Littérature étrangère

Paul Auster

Invisible

Chronique de Marie Hirigoyen

Librairie Hirigoyen (Bayonne)

Maître d’un univers où étrangeté et hyperréalisme se superposent, Paul Auster poursuit son exploration des champs de la fiction, jouant subtilement de la vérité et de l’illusion.

« C’est au printemps 1967 que je lui ai serré la main pour la première fois » . Et c’est en champion des premières phrases à la précision irrésistible que l’auteur de la Trilogie new-yorkaise et de Léviathan va ferrer ses lecteurs et les conduire les yeux fermés dans un entrelacs mouvant. Ses trois derniers romans avaient été inspirés par la maturité et la vieillesse. Ici, c’est la jeunesse, ses élans et surtout ses erreurs, qui donnent l’impulsion de l’intrigue. En 1967 donc, date pivot de l’histoire, et année des manifestations contre la guerre du Vietnam, Adam Walker, probable double d’Auster à cet âge, étudie la littérature à Columbia et aspire à devenir poète. La naïveté de ses 20 ans et sa passion pour la poésie le précipitent dans un pacte quasi faustien avec le mystérieux et ambigu Rudolf Born. Non seulement celui-ci lui donne carte blanche pour lancer une revue littéraire mais il le pousse dans les bras de Margot, sa troublante épouse qui saura l’initier à la sensualité. La rencontre de ce couple de Français, force motrice d’une succession d’événements et acte fondateur de la vie d’Adam adulte, aura des répercussions jusque trente ans plus tard.

  • Paul Auster
    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Christine Le Bœuf
    Actes Sud
    27/09/2022
    304 p., 8.50 €
  • Chronique de Marie Hirigoyen
    Librairie Hirigoyen (Bayonne)
  • Lu & conseillé par
    11 libraire(s)
illustration

Les autres chroniques du libraire