Chronique Cette nuit, je l’ai vue de Drago Jancar

Marie Hirigoyen Librairie Le Jardin des Lettres (Craponne)

PRIX DU MEILLEUR LIVRE ÉTRANGER 2014.

Figure majeure des lettres slovènes, Drago Jancar est reconnu comme romancier, essayiste, dramaturge, scénariste et éditeur.

Ses idées lui ont fait connaître les geôles du pouvoir communiste. Il est vrai que toute son œuvre est marquée par l’aspiration à la liberté d’un peuple souvent pris en tenaille par l’Histoire. Ses écrits sont traversés de personnages forts et mystérieux, d’esprits libres et voyageurs. Ici, à la fin des années 1930, Veronika Zarnik, une femme rebelle et sensuelle, s’enfuit avec son maître d’équitation, un officier de l’armée royale en déroute. Elle saura lui briser le cœur avant de revenir au manoir de Podgorsko auprès de son mari. Une nuit tragique de janvier 1944, le couple disparaît. Cinq voix disent alors leur version des événements et lèvent le voile sur une période trouble où ont lieu de sordides règlements de comptes, tandis que les Allemands reculent et que les forces de Tito progressent. La silhouette de Veronika, apparition énigmatique, ne cesse de se dérober au fil du roman. Faisant fi des conventions sociales, elle incarne une époque révolue, quand une bonne société très Mitteleuropa savait s’entourer de peintres et de poètes, juste avant que « le monde n’éclate en morceaux ».

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@