Chronique Chemins d’exil de Evelyn Juers

MARIE HIRIGOYEN, Librairie Le Jardin des lettres, Craponne

De Berlin à Beverly Hills, en passant par Prague, Paris, Florence, Nice, Lisbonne ou Zurich, dans un compartiment de train, une cabine de transatlantique, un meublé miteux, une villa méditerranéenne, un cottage anglais, ils essaient de tromper l’attente et de maîtriser leur angoisse. Brecht, Döblin, Walter Benjamin, Alma Mahler, Franz Werfel, Zweig, Virginia Woolf et surtout les Mann, famille emblématique de l’esprit de Weimar et de l’opposition allemande au nazisme : tous se débattent dans la précarité, sans visibilité sur l’avenir, « face au présent dénué de sens ». L’heure est à l’introspection et à la correspondance. Thomas Mann tient un journal incroyablement précis : « C’était le choc de l’exil qui l’avait poussé à reprendre cette activité, le défi consistant à relier le quotidien à l’Histoire ». Journaux intimes rédigés de 1934 à 1944, innombrables lettres, Evelyn Juers a travaillé sur un matériau riche et vivant. Elle nous conduit au plus près de ces grands noms de la littérature qui, dans la tourmente, sont terriblement fragilisés et vulnérables.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@