Littérature étrangère

Jason Hewitt

Le Silence des bombes

Chronique de Nathalie Iris

Librairie Mots en marge (La Garenne-Colombes)

Sur fond de Seconde Guerre mondiale, Jason Hewitt livre avec talent une histoire de fraternité inattendue.

Nous sommes en Angleterre, en juillet 1940, en pleine guerre. Lydia est une jeune fille anglaise de 11 ans qui rentre chez elle pour l’été, dans son petit village du Suffolk. Mais lorsqu’elle arrive à destination, la maison est vide, le village est désert. Elle passe la nuit chez elle dans l’inquiétude. Le lendemain matin, un homme se présente revêtu de l’uniforme anglais alors qu’il est allemand. Il n’est pas très sympathique et la jeune fille se demande s’il va l’assassiner ou lui laisser la vie sauve. Le plus étrange est qu’il semble bien connaître ses parents. Petit à petit, la cohabitation s’installe dans une peur et une méfiance réciproques. Sur fond de guerre, cet huis clos entre deux êtres qui devraient s’affronter est mené de main de maître par Jason Hewitt, un jeune auteur anglais dont c’est le premier roman. On se laisse emporter par la fraîcheur de la jeune fille, par le lourd passé de cet Allemand et par cette rencontre qui est moins le fruit du hasard que le résultat d’un engagement presque fraternel entre un officier allemand et un soldat anglais. La Seconde Guerre mondiale a inspiré de nombreux romans, celui-là est particulièrement réussi.

NULL
illustration

Les autres chroniques du libraire