Chronique Cinq minutes et des sablés de Stéphane Servant

Aurélia Durandal Librairie L’Œil au vert (Paris 13e)

Comme elle s’ennuyait la Petite Vieille dans sa maison. Elle n’avait plus qu’à attendre Madame la Mort qui ne tarde pas à arriver. Mais trop contente d’avoir une visite, elle en oublie la nature de celle-ci et lui prépare en un tournemain des sablés savoureux. Appâtés par l’odeur délicieuse, le chat, la voisine et bien d’autres encore ne tardent pas à débarquer, apportant avec eux leur élan de vie… Tant et si bien, qu’il est maintenant si tard que Madame la Mort doit rentrer, décidant que pour la Petite Vieille elle reviendra plus tard. Le texte est rythmé par des refrains qui égrainent le temps. Son tempo s’accélère à mesure que la vie envahit l’espace de la maison de la Petite Vieille. Les images reflètent tout à fait cet emballement. Elles se font virevoltantes et lumineuses, si bien que, tout comme Madame la Mort, on en oublie la raison de sa visite. Ce livre démystifie la mort, sujet ô combien angoissant pour les enfants, les incitant à se tourner vers les autres pour célébrer la vie.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@