Chronique La Passe-miroir, t.2 de Christelle Dabos

Céline Bouju Librairie Doucet (Le Mans)

Dans le premier tome de La Passe-miroir, Christelle Dabos a su créer un univers riche et une intrigue terriblement passionnante. L’héroïne, Ophélie, avait dû quitter son arche, Anima, pour suivre Thorn, son futur époux, dans la froideur du Pôle et les mensonges de la Citacielle.

On retrouve avec plaisir et fébrilité Ophélie, jeune animiste maladroite et réservée. Grâce à ses pouvoirs de liseuse permettant de connaître l’histoire d’un objet en le touchant et de passe-miroir, elle avait pu faire face à de nombreux dangers. Pour sa sécurité, la jeune fille avait caché son identité en restant dans l’ombre de Bérénilde, la tante de Thorn. Ophélie avait aussi fini par apprendre, effarée et déçue, la véritable raison de son union avec Thorn : lui transmettre son don de liseuse. À la fin du premier tome, Ophélie allait faire son entrée officielle à la cour et rencontrer Farouk, le seigneur tout-puissant du Pôle. Sous la protection d’Archibald, ambassadeur du Clairdelune et avec le soutien de Bérénilde qui porte l’enfant de Farouk, Ophélie sort saine et sauve de cette éprouvante entrevue. Elle a cependant un nouveau rôle à assumer : vice-conteuse. Lire les objets est une chose, raconter des histoires à Farouk chaque jour en est une autre. Mais ce titre va s’avérer un moindre mal. En effet, Ophélie devra faire bonne figure devant sa famille, morte d’inquiétude, qui a fait le voyage au Pôle. De plus, ses relations avec Thorn sont loin de s’arranger et Ophélie ne lui fait plus confiance. Pire encore, elle reçoit des lettres anonymes la menaçant de mort si elle ne met pas un terme à ses projets de mariage. Des disparitions au sein même de la très sûre Ambassade du Clairdelune vont exacerber des tensions déjà bien présentes. Dans ce deuxième volet, les secrets de la Citacielle deviennent plus complexes, les machinations plus sombres. Ophélie acquiert, en même temps que de nouvelles responsabilités, une plus grande assurance. Sa relation avec Thorn se teinte aussi d’une étrange ambiguïté. Et surtout, au milieu de toutes ses illusions, qui tire réellement les ficelles ?

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@