Chronique Le Goût amer de l’abîme de Neal Shusterman

  • Neal Shusterman
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Lilas Nord
  • Coll. «Grand format»
  • Nathan
  • 30/08/2018
  • 408 p., 16.95 €

Céline Bouju Médiathèque Sud (Le Mans)

Caden a quinze ans. Ces derniers temps, il est très perturbé et se sent menacé. À la maison comme au lycée, il se sent déconnecté. En parallèle de l’histoire de l’adolescent, on suit les aventures d’un étrange capitaine et de son drôle d’équipage. Sur quels flots voguent-ils ? Vers quelle destination ? Difficile à savoir mais la raison semble avoir depuis bien longtemps quitté le navire. Ces deux récits et deux mondes n’ont a priori rien à voir. Pourtant, ils sont étroitement liés. Caden y joue un rôle important et va devoir choisir l’un ou l’autre. Neal Shusterman connaît malheureusement bien la maladie mentale puisque son fils est schizophrène. C’est d’ailleurs ce dernier qui a réalisé les dessins qui jalonnent le roman. Ce livre est une véritable plongée au cœur de la folie. Dans la tête du jeune héros, nous comprenons les mécanismes qui se mettent en place et les délires qui envahissent la réalité. Avec Caden, c’est un peu nous qui devenons fous. Un roman très déstabilisant mais magistral.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@