Chronique L’État où nous sommes de Ann Beattie

Charlène Busalli Librairie du Tramway (Lyon)

Ann Beattie offre un portrait doux-amer de la classe moyenne supérieure américaine dans son nouveau recueil de nouvelles, qui nous emporte dans les paisibles contrées du Maine. Un livre au ton délicieusement malicieux.

« Tout le monde aime une anecdote insolite. Surtout quand elle n’a pas une portée significative. Quand elle ne résume pas l’ensemble du propos, je veux dire. Une histoire qui s’est produite parce qu’elle s’est produite, c’est tout. » Cette remarque d’un des personnages s’applique parfaitement au nouveau recueil d’Ann Beattie. C’est le burlesque des situations du quotidien que l’auteure raconte en toute simplicité. Une femme qui se présente à une garden party avec des muselets de champagne au bout des seins, un artiste qui collectionne les abat-jour en forme de bustes d’Elvis, ou encore un vieil homme qui caresse les pieds de sa femme avec une brosse à cheveux chaque soir avant le coucher : tous ces personnages ont leurs petites excentricités qui les rendent d’autant plus attachants. Leurs aventures sont de celles dont tout un chacun a pu faire l’expérience un jour. Une femme trouve un oisillon mal en point dans sa poubelle de recyclage, une lycéenne peine à écrire sa dissertation sur le réalisme magique, trois gamins s’introduisent dans une maison vide de leur quartier... Ces situations a priori anodines révèlent la complexité des émotions humaines face aux aléas de la vie, sans pour autant se prendre toujours au sérieux. Car Ann Beattie adopte un ton malicieux pour se moquer gentiment de cette classe moyenne américaine qu’elle représente. Comme lorsqu’elle fait tenir à Jocelyn, l’adolescente à la dissertation, les propos suivants devant son oncle et sa tante qu’elle veut convaincre de la laisser sortir : « Il n’y aura ni drogue, ni alcool, ni sexe. Nous sommes tous trop déprimés pour nous embêter avec ça ». Un recueil d’autant plus agréable à lire qu’il forme une véritable unité, avec ses personnages qui se croisent les uns les autres, pour nous amener vers une chute finale extrêmement touchante.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@