Chronique Et toi, tu as eu une famille ? de Bill Clegg

  • Bill Clegg
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sylvie Schneiter
  • Coll. «Coll. « Du monde entier »»
  • Gallimard
  • 25/08/2016
  • 288 p., 20 €

Coline Hugel Librairie La Colline aux Livres (Bergerac)

À quel moment une famille existe-t-elle ? Lorsqu’elle vit autour de soi, ou à l’instant où elle disparaît ? Bill Clegg explore la question dans ce très beau premier roman, à travers la figure d’une femme à la fois forte et brisée.

June est une femme « sur la brèche ». Elle a eu une première vie, un mari dont elle s’est séparée, une fille qui s’est éloignée d’elle, un métier dans les milieux artistiques qui semble de moins en moins l’intéresser. Elle s’est installée dans une petite ville, a rencontré un homme beaucoup plus jeune qu’elle, d’un milieu totalement différent, et tente de se construire une nouvelle vie. Mais cette nuit-là, tout s’écroule. Dans sa maison dorment sa fille, qui commence à revenir vers elle, son futur gendre, son ex-mari et son nouvel amour. Cette nuit-là, un terrible incendie détruit à tout jamais ceux qu’elle aime, en même temps que l’espoir d’un nouveau départ. Il lui faudra désormais essayer de vivre avec cette effroyable culpabilité, celle d’avoir survécu alors que tous les autres sont morts. « Pendant la première semaine, elle a refusé de pleurer, de s’effondrer, d’amorcer d’une façon ou d’une autre le processus susceptible de l’aider à regagner ce monde nouveau et désormais vide, ou tourner la page, ainsi que la pressait quelqu’un dans un gentil petit mot sans signature accompagnant une des centaines de couronnes mortuaires. » Alors June s’en va, elle fuit le malheur et essaye de suivre les chemins que sa fille a empruntés dans sa courte vie, pour tenter de la retrouver quelques instants et de la comprendre. À travers les récits des personnages que croise June, qui ont vécu des choses avec elle, ou qui ont rencontré sa fille, son gendre, son nouvel ami, Bill Clegg dresse le portrait éclaté d’une femme brisée. Par petites touches, délicates et émouvantes, il montre l’immense difficulté de faire le deuil de quatre personnes, le deuil de son passé, mais aussi de son avenir. Il dresse le portrait d’une femme extraordinaire qui trouvera malgré elle la force de continuer. Un premier roman magnifique.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@