Chronique Une femme regarde les hommes regarder les femmes de Siri Hustvedt

François-Jean Goudeau IUT DE La Roche-sur-YoN

« Tout art digne de ce nom est masculin-féminin. » « Une œuvre d’art n’a pas de sexe. » Ces deux aphorismes, aux allures de slogans et extraits du texte de l’Américaine Siri Hustvedt, sont certainement les seuls à même de résumer l’esprit de cet essai compilatoire et syncopé. Car de la dénonciation de l’hégémonie masculine – évidemment injustifiée et injustifiable – sur les valeurs artistiques, marchandes et symboliques de l’art jusqu’à la sérotonine (oui, encore elle), les analyses s’enchaînent, brillant par leur lucidité, leur intelligence, leur esprit, leur refus de la cécité intellectuelle. Et leur hétérogénéité ! Mais, qu’importe : qu’il s’agisse de sociologie capillaire, de Picasso-Henri VIII, de pornographie littéraire (le meilleur chapitre, à mon avis) ou encore du dialogue Mapplethorpe/Almodóvar, ce livre nous enchante par son foisonnement, son érudition et son invitation à lutter contre le déterminisme genré et culturel. Passionnant.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@