Chronique La Queue du loup de Marino Neri

  • Marino Neri
  • Traduit de l’italien par Nicolas Elmer Mathieu et Christophe Gouveia Roberto
  • Coll. «Coll. « Sang »»
  • Atrabile
  • 16/03/2012
  • 144 p., 16 €

FRANÇOIS-JEAN GOUDEAU, Bibliothèque/Médiathèque La Bulle, Mazé

Il y a parfois des publications qui ont le bon ton de refuser le récit traditionnel en échange d’un conte sensoriel où l’esquisse, l’impression, la langueur l’emportent sur le réalisme, le rythme, l’histoire. La Queue du loup (publié chez l’excellent éditeur suisse Atrabile) fait partie de ces rares ouvrages qui, à partir d’une trame pourtant solide – l’« éveil » sensuel et social d’une jeune orpheline dans la campagne italienne du début du siècle dernier –, s’amusent avec les formes et nous fait confondre ciel et terre, faune et femme, lune et mélancolie. Une allégorie certes un peu sombre de l’enfance qui se meurt, mais illustrée avec tant de puissance et de maîtrise (difficile de ne pas penser à Vivès et Blutch en parcourant ces pages fantasmagoriques), que l’on pardonne à ce jeune auteur né à Modène en 1979 et qui signe ici son deuxième album. À suivre de près, amis lecteurs !

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@