Chronique La Chanson de Renart de Joann Sfar

François-Jean Goudeau Etablissement Scolaire IUT La Roche sur Yon (La roche sur yon)

« Renart enjôle, Renart cajole, Renart n’est pas un modèle à suivre. Personne, fût-il son ami, ne le quitte indemne. » À la lecture de l’avertissement du conteur originel du Roman de Renart, on ne peut s’empêcher de penser qu’il était évident (et heureux) que Joann Sfar revisite cette parodie du monde féodal. Lequel y puise faunes et farces célèbres mais surtout y injecte tout son univers rabelaisien avec une faconde, une gourmandise jubilatoires, rappelant les ellipses irrévérencieuses et amoureuses du Minuscule Mousquetaire. Toujours sans se soucier du qu’en-dira-t-on, l’auteur du Chat du rabbin convie à sa moquerie courtoise Marie de France, Merlin, Le Diable, La Mort : autant d’héritages médiévaux au service d’une fable où la dialectique, la bagarre, la ripaille, les codes du jeu de rôle et la confusion des sentiments font bon ménage. Ajoutez-y les couleurs fauves (forcément) de la toujours excellente Brigitte Findakly et vous obtenez un Seigneur des entourloupes absolument délicieux !

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@