Chronique Le Goût du rouge à lèvres de ma mère de Gabrielle Massat

François-Jean Goudeau Etablissement Scolaire IUT La Roche sur Yon (La roche sur yon)

« Ma première cigarette avait le parfum des intestins qui se vident et le goût du rouge à lèvres de ma mère. » Serait-ce le meilleur polar de l’année ? On serait tenté de le croire, tant ce roman (très) noir est une révélation. Pour son récit à la scansion, au rythme impeccablement maîtrisés et au parfum méphitique. Certes oppressant, Le Goût du rouge à lèvres de ma mère est finement allégé par les errements et la conduite narrative faussement désinvolte de son anti-héros, Cyrus Colfer, sorte de Gaston Lagaffe aveugle et combattant de MMA ! De retour à San Francisco, une douzaine d’années après l’assassinat de sa mère, il vient y chercher vengeance et renouer avec la « famille » de proxénètes dont faisait partie sa génitrice. Sa créatrice, Gabrielle Massat, est aussi une révélation°: âgée de moins de 30 ans, elle frappe fort avec un texte dont les qualités augurent d'une longue et fertile carrière. Un roman de la peur, de la colère et un vrai coup de cœur.

 

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@