Chronique Gran cafe Tortoni de Philippe Charlot, Winoc

François-Jean Goudeau IUT de La Roche-sur-Yon

Étrange et langoureux récit que ce Gran Café Tortoni, écrit par le scénariste et musicien Philippe Charlot. Il signe ici un chant d’amour à la culture du tango – tradition, musique et danse, évidemment – mais aussi à l’un des hauts lieux de cette culture, la ville de Buenos Aires. Jorge Luis Borges, chantre augural et mystérieux de ce récit, est l’un des nombreux fantômes de cette fable labyrinthique. De l’adaptation sur scène de sa première œuvre, le recueil de poèmes Fervor de Buenos Aires paru en 1923, jusqu’à la vocation naissante (non sans raison : vous apprendrez in fine l’hérédité de cette passion) et contemporaine d’un jeune danseur français, tous les personnages, chroniques et témoignages expriment une incandescence, feutrée certes mais prégnante, des gestes, des mots comme des sentiments. Enfin, l’enchâssement subtil des différents récits (dessinés par Winoc) laissera à chacun la liberté d’entendre sa propre musique et de s’abandonner, à sa façon, à une torpeur, une vibration et une sensualité tout argentines.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@