Chronique Krazy Kat de Michael Tisserand

François-Jean Goudeau IUT de La Roche-sur-Yon

La légende veut que Pablo Picasso fut fou du Krazy Kat de George Herriman. L’admiration avérée de nombreux artistes pour ce comic strip – Jack Kerouac, Gertrude Stein, Charles Schulz (père de Snoopy) ou Bill Watterson (celui de Calvin & Hobbes) – rappelle combien cette œuvre, encore méconnue, est essentielle dans l’histoire du 9e art. Et dans l’histoire de l’art tout court. Cette « brique » biographique – selon le bon mot d’Art Spiegelman évoquant les tourments constants qu’Ignatz Mouse cause à Krazy Kat – est le fruit d’une dizaine d’années de recherches de Michael Tisserand. Le résultat est passionnant. Relatant le parcours d’un homme qui « a caché le plus gros de sa propre histoire au monde » et analyse d’une création à la poésie métaphysique et l’humour absurde uniques, cet ouvrage nous permet de comprendre les ramifications complexes d’un comic strip original et social. Voici enfin un essai de référence sur cet « improvisateur consommé » – c’est Chris Ware qui le dit dans sa très belle préface – dont la bande dessinée animalière est tout sauf familière.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@