Chronique The Wrenchies de Farel Dalrymple

François-Jean Goudeau La Bulle Médiathèque de Mazé

Impressionné tel un Mc Solaar dans Séquelles, j’aurais aimé être Lacan quand j’ai rencontré The Wrenchies pour la première fois ! Car autant dire que cette œuvre ambitieuse et imposante de 300 pages ne se laisse pas appréhender facilement. Imaginé par Farel Dalrymple, auteur américain issu de la création « indé », ce roman graphique à tiroirs ressemble à un immense jeu de rôle joué sous acide et en même temps à une réflexion profonde sur la vérité et l’ennui adolescents. Sur le crime, aussi, imminent et menaçant, du mensonge et de l’horreur sans fin de l’âge adulte : « Un jour tu te sentiras impuissant, assailli par l’angoisse que ce monde n’existe que pour récompenser les connards ». Un conte ésotérique et post-apocalyptique qui jongle avec les mythes du super-héros, de la religion, de la science, de la quête initiatique et de la caverne. Cela nécessiterait certainement une lecture psychanalytique. Pour ma part, je me contente de l’apprécier comme une excellente plaisanterie baroque. Vous pouvez faire comme moi.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@