Chronique La Dictature des petites couettes de Ilya Green

Olga, Sophie et Ana organisent un concours de beauté. Elles sont si enthousiastes devant la malle à déguisements que leurs cris de joie attirent Gabriel, qui veut à son tour participer. « Les garçons, ça peut pas être beau ! », assène Sophie. Et voilà que le Chat lui aussi veut en être. Mais tous ses poils, ça n’est « vraiment pas beau ! » non plus. Les fillettes vont pourtant céder… à condition que l’on respecte certaines règles. Les couettes dans les cheveux, les tissus à motifs d’étoiles et de fleurs, ou encore la couleur rose, sont pour elles des valeurs sûres et tous les participants devront les arborer. Chargés de désigner la plus belle, « Ou le plus beau ! », rappelle Gabriel, les fourmis et l’oiseau qui forment le jury nous réservent une issue des plus savoureuses. Par le biais de cette réjouissante galerie de personnages, Ilya Green dénonce les diktats de la mode. Les stéréotypes existent chez les jeunes enfants aussi mais la chute de l’album remet en question la toute-puissance des critères de beauté qui sont finalement très aléatoires.

Gaëlle Farre Librairie Maupetit (Marseille)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@