Chronique Le Voleur de livres de Alessandro Tota, Pierre Van Hove

Christine Lechapt Librairie Charlemagne (Toulon)

Début des années 1950. Daniel Brodin quitte sa province natale pour faire ses études à Paris et devenir avocat. Passionné de littérature et surtout de poésie depuis sa plus tendre enfance, il rêve d’accéder à la célébrité grâce à ses écrits. Le grand jour semble enfin arrivé lorsque, à l’occasion d’un concours de poésie, il est unanimement acclamé par l’auditoire. Or, le texte n’est pas de lui. Il l’a traduit d’un obscur poète italien. Ce mensonge sera le premier d’une longue série de trahisons qui l’amèneront à commettre l’irréparable. Dans un style volontairement cynique, Alessandro Tota nous laisse entrevoir le Saint-Germain-des-Prés d’après-guerre, empreint de superficialité et d’hypocrisie, à une période où les engagements pouvaient donner lieu à toutes les dérives. Pierre Van Hove signe ici ses premières planches en noir et blanc, nous plongeant admirablement dans l’ambiance du Paris des années 1950. Une bien belle balade dans le passé.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@