Chronique Eros & vertu de Alberto Mario Banti

Le XIXe siècle représente un tournant majeur dans l’histoire des mentalités et c’est la place de la femme dans la société qui en est la plus parfaite illustration. Si celle-ci bénéficiait, dans la noblesse du XVIIIe siècle, d’une grande liberté, elle se retrouve cantonnée, aux sortir de la Révolution française, à une vie domestique. Pour illustrer ce basculement, il suffit de se pencher sur la peinture de l’époque pour se rendre compte de l’évolution de sa représentation. C’est tout le propos du livre d’Alberto Mario Banti qui, avec Eros & vertu, nous plonge au cœur d’une époque où la subordination du « sexe faible » fait néanmoins l’objet d’une certaine érotisation, mais selon des codes bien précis. La preuve en est le reproche fait, en 1863, à Édouard Manet, dans Le Déjeuner sur l’herbe, d’avoir représenté une femme peu vertueuse. Une analyse très originale et magnifiquement illustrée.

Christine Lechapt Librairie Le Carré des Mots (Toulon)

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@