Chronique Né un mardi de Elnathan John

  • Elnathan John
  • Traduit de l’anglais (Nigéria) par Céline Schwaller
  • Coll. «Bibliothèque anglo-saxonne»
  • Métailié
  • 04/01/2018
  • 259 p., 18 €
NULL

Christine Lechapt Librairie Le Carré des Mots (Toulon)

Comment grandit-on dans un pays comme le Nigeria, tiraillé entre traditions, corruption politique et tensions religieuses ? Elnathan John nous donne quelques éléments de réponses dans un remarquable roman d’apprentissage.

Quand Dantala – « né un mardi » en langue haoussa – sort de l’école coranique où son père l’a envoyé très jeune, il ne connaît pas son âge. Malgré son sérieux et ses grandes capacités, il ne peut pas continuer ses études, faute de moyens financiers. Il reste donc quelque temps à Bayan Layi traînant avec des petits voyous, dormant dans la rue, fumant de la wee-wee et travaillant occasionnellement pour le Petit Parti. Mais à l’approche des élections, des émeutes l’obligent à fuir et à retourner auprès de sa mère à Dogon Icce. Durant son voyage, il tombe malade et s’arrête à Sokoto. Il y fait la connaissance d’un imam salafiste qui va le prendre sous son aile. Il faut dire que le jeune homme est doué et très curieux. Il lit tout ce qu’il trouve dans la bibliothèque du Sheikh, interrogeant sans cesse son entourage pour se forger ses propres convictions. Il se passionne également pour l’anglais qu’il apprend auprès de son ami Jibril. Devenu très vite indispensable, l’imam lui confie rapidement l’appel à la prière et l’oblige à prendre des cours d’informatique. Mais la vraie vie ne s’apprend pas que dans les livres et Dantala découvre vite, incrédule, la corruption politique, les terribles tensions religieuses au sein de l’islam, la misère et la maladie. Alors qu’il semble sur le point de succéder à l’imam vieillissant, en proie aux tourments de l’amitié et de l’amour, la situation politique et religieuse se dégrade et plonge le pays dans le chaos. Elnathan John dresse, avec Né un mardi, un portrait sans concessions de la société nigériane et des nombreuses tensions qui l’agitent. Dans ce remarquable premier roman, on découvre, à travers les yeux de Dantala, toute la complexité d’une région d’Afrique trop souvent ignorée. Un roman d’une grande subtilité à ne surtout pas manquer.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@