Chronique Le Lecteur Inconstant de Carlos Liscano

  • Carlos Liscano
  • Traduit de l’espagnol (Uruguay) par Martine Breuer et Jean-Marie Saint-Lu
  • Belfond
  • 01/09/2012
  • 330 p., 21 €

Par Michel Edo, Librairie Lucioles (Vienne)

« Si j’enlève les heures que je passe à écrire, celles que je passe à réfléchir à ce que je devrais écrire, celles que je passe à prendre des notes pour écrire, si j’élimine ces heures alors, et sans dramatiser, il ne reste rien dans ma vie, rien. ». La littérature a sorti Liscano de prison, c’était son tunnel, son évasion. Aujourd’hui pourtant, la page reste vierge, il n’y a plus d’histoires à raconter. À la place, il y a ce quotidien à dire, il y a ces souvenirs à ressasser encore et encore. Il y a des jours où même la lecture est un fardeau, et « l’autre », une malédiction. Et pourtant, de ce ressassement incessant s’extirpent des réflexions d’une acuité sidérante sur le travail de l’écriture et la douleur d’écrire.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@