Chronique Les Vrais Durs de T.C. Boyle

  • T.C. Boyle
  • Traduit de l’anglais (États-Unis) par Bernard Turle
  • Coll. «NULL»
  • Grasset
  • 23/03/2016
  • 448 p., 22 €
NULL

Brice Vauthier Librairie L’Étagère (Saint-Malo)

Dans une Amérique contemporaine tiraillée par ses vieux démons, Sten, un ancien marine, rentre de vacances en Amérique centrale. À cette occasion, il a sauvé un groupe de touristes, dont il faisait partie avec son épouse, en utilisant tout son savoir-faire pour tuer les assaillants. De retour aux États-Unis, il doit faire face à une menace intérieure compliquée : son propre fils, Adam, se retrouve embrigadé par Sara, une activiste coupée du monde qui hait l’État américain. Ce roman est l’un des plus emblématiques de l’œuvre de Boyle. Il y dénonce avec acharnement les dérives du gouvernement fédéral et les ennemis de l’intérieur, qui sont tout au moins aussi dangereux que les terroristes extérieurs. Lorsque l’on se rend compte que son fils peut faire partie des hommes luttant contre ce que l’on croit juste, les remises en question sont nombreuses et cruelles. La « cruauté » de l’écrivain n’est jamais gratuite ni mauvaise. Il s’agit, avant tout, de savourer avec jubilation cette histoire d’hommes… de vrais durs.

Les autres chroniques du libraire

À VOS MARQUES, PRÊTS, LISEZ !

Panne d'inspiration ?

Nos libraires vous conseillent à domicile
tous les vendredis pour vous et vos enfants

Je veux recevoir 6 idées lectures pour moi et ma famille

@